• CDD et DDD

    CDI. Voilà ce que j'attendais, ou ce que je pensais trouver. Pas un contrat à durée indéterminée (quoique ça aussi, j'en voudrais bien un !) mais une consolation/compréhension à durée indéterminée. Je pensais qu'il allait de soi que, face à quelqu'un qui vient de perdre sa soeur, des amis feraient preuve d'une empathie sans faille et en toutes circonstances.

    Hélas, la réalité fut tout autre !

    Bien sûr, dès que le décès de ma petite soeur fut connu, j'ai reçu des dizaines d'appels et de messages. Au point que j'ai été obligée d'éteindre mon téléphone à minuit car je devais encore préparer nos valises pour le départ prévu le lendemain à destination de Madagascar.

    Pendant mon absence, les mails et les courriers ont continué à arriver. J'ai répondu à tous à mon retour. Quelques-uns se sont encore manifestés pour assurer de leur soutien en ces temps difficiles.

    Les amis, eux, ont commencé à se faire rares. Il y en a dont je n'ai plus entendu parler depuis le mois de mars. D'autres qui m'écrivent mais sans faire allusion à cette perte douloureuse que je venais de subir. Au début, je me disais que les gens ne voulaient peut-être pas remuer le couteau dans la plaie. Mais même quand, de mon propre chef, j'avouais que je vivais des moments pas faciles, au mieux je recevais en retour un vague "ça ira mieux demain!" sinon, souvent, c'est un silence qui accueille mon aveu.

    Et je me dis : en fait, pour de nombreuses personnes, une fois que les funérailles ont eu lieu, on doit passer à autre chose. Etre triste plusieurs mois après, c'est bizarre. J'ai vraiment l'impression que pour bon nombre de gens dans mon entourage, le deuil a une date de péremption. Deuil à durée déterminée. Le fameux DDD du titre.

    Quand je réalise cela, j'ai la tentation d'être méchante. Et de dire que, OK, pour l'instant, c'est mon tour de souffrir mais personne n'est épargnée par le malheur tout le temps. Leur tour viendra aussi. Et ce jour-là, moi aussi, je présenterai mes condoléances et puis basta ! Qu'ils se débrouillent avec leur douleur et tristesse.

    Je me sais capable d'agir ainsi. Même si je reconnais que ce n'est pas bien. Je n'ai pas été élevée pour devenir comme ça. Mais c'est trop tentant de rendre coup pour coup.

    Au moins, le point positif de tout ça, c'est que le tri s'est fait automatiquement dans mon carnet d'adresses. De mes plus de 200 amis sur facebook, de ma liste de contact mails ou téléphoniques, je sais désormais qui sont es vrais amis et qui ne le sont pas. J'ai eu beaucoup de déceptions mais également d'énormes satisfactions de savoir que certaines personnes, même si elles sont très rares, sont de vrais gens de confiance. mes vraies amies. Et ça, ça n'a pas de prix !


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :